C’était une promesse du candidat Macron. Ce sera l’une des premières grandes réformes de son quinquennat. Hier, le ministre de la Justice François Bayrou a présenté une série de projets de loi visant à moraliser la vie publique. Entre l’interdiction des emplois familiaux et la démission obligatoire des parlementaires qui ne paient pas leurs impôts – affaires Fillon et Thévenoud oblige –, le gouvernement souhaite limiter à trois le nombre de mandats successifs identiques pour les parlementaires et les membres des exécutifs locaux (maires, présidents de département, présidents de région…). Suffisant ? Dans une tribune publiée sur notre site, le collectif citoyen reGénération propose d’aller plus loin : pas plus de deux mandats successifs dans le temps.

Ces derniers mois, dans les départements où Mediacités est implanté – le Nord, le Rhône et la Haute-Garonne –, nos journalistes ont enquêté sur ce sport très français du cumul. Nous avons, à chaque fois, comptabilisé le nombre d’années de mandats effectuées par nos grands élus locaux. Nombre d’entre eux dépassent un siècle ! A la tête de ces marathoniens du pouvoir – avec 119 années de mandats cumulés ! – on retrouve l’élu du Rhône Michel Mercier… l’un des prédécesseurs de François Bayrou au ministère de la Justice.

Retrouvez ci-dessous toutes nos enquêtes « Cumul des mandats dans le temps ».

A LILLE :

Cumul des mandats : le hit-parade des dinosaures

« Je ne suis pas un cumulard fossile et somnolent »

 

A LYON :

Cumul des mandats : le hit-parade des dinosaures du Rhône

« Je n’aime pas trop les médailles d’ancienneté… »

 

A TOULOUSE :

Cumul des mandats dans le temps : le hit-parade des élus de Haute-Garonne

 

A lire, enfin, la tribune du collectif citoyen reGénération :

TRIBUNE – “Cumul, népotisme… Il est urgent de rénover notre démocratie”

FacebookTwitterEmailPrint