Appelez-le « Monsieur le président »… Ce jeudi 1er février au matin, Jacques Bodreau est devenu le sixième président du Ceser, le Conseil économique, social et environnemental des Pays de la Loire. Chef d’entreprise et homme de réseaux, le représentant du Medef a obtenu la majorité des voix des 120 membres de cette institution méconnue, qu’il dirigera durant les six prochaines années. Une semaine plus tôt, sachant qu’il était l’un des favoris pour prendre la succession de Benoit Cailliau, en poste depuis 2011, Mediacités avait tenté de l’interviewer. « Je ne souhaite pas répondre à vos questions. Vous savez, cette élection est très interne et n’intéresse pas grand monde », nous répondait Jacques Bodreau. Tout en regrettant « que les journalistes ne s’intéressent pas au travail du Ceser ». Cohérence, quand tu nous tiens…

Pourtant, à bien y réfléchir, cette réponse est à l’image de cette institution, qui n’en est pas à un paradoxe près. Créé en 1972, cette assemblée consultative, formée de représentants de syndicats, d’organisations professionnelles ou d’associations, a pour mission de donner son avis sur les politiques menées par le conseil régional. Et de le faire en toute ind . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.
Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).