À lire aussi

Confinés en banlieue lyonnaise : « Ici, on n’a pas de résidence secondaire où se réfugier »