L’Erdre, magnifique rivière, arbore deux visages différents. Le premier, est celui d’un cours d’eau étroit, encore sauvage, serpentant au cœur du monde rural. L’autre, celui d’un plan d’eau plus sage, domestiqué et canalisé, traversant un paysage de plus en plus densément urbanisé. Deux visages qui en font un merveilleux écosystème, riche et complexe, mais dont les usages sont parfois contradictoires.

Depuis une cinquantaine d’années, nos contemporains ont peu à peu abandonné ces territoires humides : les conditions sont difficiles dans les marais, le bois de chauffage de qualité inférieure à celui que l’on trouve ailleurs et les terrains peu propices à l’agriculture intensive que l’on pratique aujourd’hui… Autant de facteurs qui ont mené à l’absence d’entretien de ces zones pourtant indispensables à la santé de la rivière. Sans entretien, ces espaces méconnus tendent à disparaitre, le soleil ne vient plus caresser le sol des marais, et les plantes épuratrices disparaissent petit à petit.

Pour autant, pas question de se résigner. Actifs depuis plus de 25 ans, les Amis de l’Erdre poursuivent un objectif simple – il peut même paraître utopique à certains – mais fondamental : protéger et valoriser notre patrimoine naturel commun. A la fois militants, experts et animateurs, nous mobilisons toute notre énergie pour donner un coup de pouce à cette si belle rivière, ses zones humides, sa faune, sa flore et son histoire. Nous sommes convaincus qu’une meilleure connaissance génère plus de respect. Nous sommes convaincus qu’il faut occuper le terrain, car les enjeux environnementaux sont cruciaux !

Les pieds dans la vase, au chevet d’une zone humide, d’une mare ou d’un petit ruisseau urbain, nous poursuivons donc nos efforts. Malgré le contexte économique difficile, les réformes des collectivités territoriales, le schmilblick “technico-réglementaro-politico-administratif” qui complique les choses, nous refusons de capituler. Mieux : nous restons optimistes, volontaires et plus déterminés que jamais !

Les résultats parlent d’eux mêmes. Nos efforts sont récompensés, nos 300 heures annuelles de chantier bénévoles, le nombre incalculable de réunions, finissent par payer. Peu à peu, les zones humides retrouvent leurs couleurs, leurs fleurs, leurs insectes, leurs oiseaux, leurs mammifères et aussi bon nombre d’enfants émerveillés en sortie nature. Quelle fierté – et quel plaisir – de voir revenir tritons, campagnols amphibies et oiseaux nicheurs dans de petites zones péri-urbaines longtemps désertées. Actions concrètes, résultats concrets !

Pour autant, nous avons toujours besoin d’un coup de main ou d’une compétence particulière (connaitriez-vous par exemple un bûcheron sachant faire des pancakes aux orties ou un fin naturaliste ayant une passion pour les tableaux Excel ?). Alors rejoignez nous ! Tout le monde peut participer et donner un coup de pouce à cette magnifique rivière, l’Erdre.

 

FacebookTwitterEmailPrint