Les maires contre-attaquent. Préférant prendre les devants face à un gouvernement jugé pro-métropoles, ils ont su mobiliser leurs réseaux au sein du Palais du Luxembourg pour supprimer (de façon symbolique) le principe d'une élection des conseillers communautaires au suffrage universel direct dès 2020. La plupart refuse toujours de reconnaître que le transfert de leurs pouvoirs municipaux vers les intercommunalités – opéré à un rythme quasi-industriel depuis le début des années 1990 – pose avec acuité la question du mode d’élection de leurs représentants. S’il peut être moqué comme un combat d’arrière-garde mené uniquement pour conserver quelques strapontins, ce lobbying acharné des maires mérite mieux que les caricatures faciles, admet le sociologue Rémy Le Saout.                 

 

> Sur ce sujet, lire également notre article :

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 76% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.