Un « climat de tension ». C’est ainsi que le rapporteur public Denis Perrin a qualifié l’ambiance qui régnait parmi la dizaine d’employés de la médiathèque de La Madeleine. Ce mardi 28 février au matin, le tribunal administratif de Lille aborde une affaire très sensible et restée discrète. La présidente de séance, Sophie Bergerat, le sait et se fait plus attentive encore lorsqu’Yveline Perroy arrive à la barre. Cette bibliothécaire spécialiste de lecture à voix haute et responsable des rayons enfance, conteste une sanction reçue pour avoir défendu un livre jeunesse évoquant la possibilité pour deux hommes d’élever un enfant.

En l’occurrence, il s’agit de deux mignons manchots mâles dessinés par Béatrice Boutignon dans son ouvrage paru en 2010 et tiré d’une histoire vraie. Cette gentille fable animalière, intitulée « Tango a deux papas,  et pourquoi pas ? » a été traduite aux Etats-Unis et en Allemagne, et rééditée en France en raison de son succès en mars 2014. L’histoire est tirée d’un fait réel: en 1998, au fameux zoo de Central Park New York, Roy et Silo deux manchots mâles à jugulaire avaient couvé un œuf abandonné. Les gardiens avaient noté que Roy et Silo se montraient inséparables, y compris pendant la période des amours.

« Même à Hénin-Beaumont cela ne se passe pas comme cela »

Le conflit survenu à la médiathèque remonte à 2014. Comme tous les livres récemment réédité, « Tango a deux papas » est présenté en tête de gondole. Des visiteurs, de confession catholique, le repèrent et s’en plaignent auprès de la municipalité. Par la voix du . . .

Il vous reste 66% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !