Dès qu’on s’intéresse au député maire de Valenciennes, la Caisse d’épargne Nord France Europe (CENFE) n’est jamais loin. Après nos révélations de la mi-décembre, Laurent Degallaix avait dû se rendre à l’évidence. Son statut de salarié à temps partiel de la CENFE risquait de faire capoter la vente de Val’Hainaut Habitat, l’office HLM de Valenciennes, à la SA du Hainaut, propriété de la CENFE à 18% pour le moment mais qui sera majoritaire dès 2018. D’où sa démission surprise, quelques jours avant le conseil d’administration de V2H du 30 décembre 2016 qui devait valider la cession. Un geste accompli pour « détoxifier le dossier », comme il s’est plu à le souligner. Pas sûr que cela suffise.

Outre la remise en cause récente de la légalité de cette démission, plusieurs zones d’ombre planent encore sur les liens qu’entretient Laurent Degallaix avec la banque. A commencer par le temps réel que le député maire et président d’agglomération lui consacre encore. Est-ce 60%, comme l’indique toujours sa déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique remplie le 20 juillet 2014 ? Ou 20%, comme il le soutient régulièrement ?

Un jour par semaine pour la banque

« Je ne consacre qu’un jour par semaine à la Caisse d’épargne, indique-t-il à Mediacités. J’ai consulté le déontologue de l’Assemblée nationale qui m’a donn . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 65% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.