Au début du mois de juin, Pierre R., supporter du Racing club de Lens (RCL), s'est vu infliger un an d’interdiction de stade par le préfet du Pas-de-Calais. L’intéressé a contesté les faits qui lui étaient reprochés mais a renoncé à faire appel. Il va donc être privé de tribune Marek au stade Bollaert-Delelis de Lens. Il n’est pas le seul dans cette situation. Sur la saison 2016-2017, 20 procédures ont été engagées contre des supporters lensois : 3 interdictions administratives de stade ont déjà été purgées, 5 sont en cours d’application et 12 toujours en cours d’instruction. Mais son cas interpelle tout particulièrement. Le jeune homme est un des membres les plus influents du bureau des « Red Tigers 94 ». Or, cette association de supporters ultras d'environ 300 membres est de loin la plus imposante et surtout la plus active. Loin devant le KSO, les North Devils, le Magic Lens et les Galiboys, qui tournent toutes autour d'une petite centaine d’adhérents. Plus embêtant, il est aussi président de l’Association Nationale des Supporters (ANS), une association qui tente de fédérer les ultras de plusieurs clubs afin de se faire entendre par les pouvoirs publics. Pas sûr qu'une telle condamnation serve vraiment cet objectif...

Si les « Tigers » se sont souvent manifestés par le déploiement de tifos impressionnants dans les tribunes, certains de ses membres défraient régulièrement la chronique. Et pas en bien... Bagarres avec des supporters adverses ou d’autres supporters lensois, insultes envers les dirigeants du club, introduction d’engins pyrotechniques dans les stades, dégradations de sièges et autres barrières, mises . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.