Gare de triage de Somain, entre Valenciennes et Douai, 21 mars dernier. Le petit matin s'éclaire des gyrophares de la police et des pompiers, dont ceux de la cellule mobile d'intervention chimique de Lille. Le plan d'urgence a été déclenché. En cause ? Le déraillement d'un wagon citerne, entaillé sur plusieurs centimètres. La SNCF met plusieurs heures avant de donner des informations capitales aux pompiers : le wagon-citerne, vide mais non dégazé, a contenu du triméthylamine, un produit « corrosif pour la peau, les yeux, les voies respiratoires ». Le . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.