Mado ne se laisse pas convaincre facilement. A l’idée d’un nouvel article sur elle, ses yeux ronds et son rire marquent son étonnement : « T’es sérieuse ? Déjà, la dernière fois je me demandais bien qui ma vie pouvait intéresser. » Pourtant, de nombreux lecteurs ont lu, cliqué ou partagé l’article. Une équipe de télévision canadienne a même cherché à entrer en contact avec elle pour une émission consacrée à Lille.

Lire ou relire :

Mado, la maman punk au chevet de son peuple

« Beaucoup de gens m’en ont parlé, c’est un truc de fou n’empêche. Y’a même, une fois, des inconnus qui m’ont abordée à Euralille en me demandant si j’étais « la maman punk ». » Mais cette soudaine notoriété ne lui attire pas que de la sympathie. « Les jeunes et surtout ceux des quartiers sont bienveillants et m’en parlent en bien. Par contre, les gens de mon âge, ça ne leur a pas plu. » Pourquoi ? « ça dérange que je parle aussi franco », tranche-t-elle.
Invitée dans un clip de rap
Mais comme à son habitude, Mado préfère se focaliser sur le positif. « Un groupe de rappeurs m’a contactée suite à l’article. Ils voulaient que je tourne dans leur clip. J’étais trop fière. » C’est ainsi qu’on peut l'apercevoir juchée sur une moto, à bouger les mains tel un rappeur averti, avec sa chienne Nina à ses pieds, dans la vidéo . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 66% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.