En octobre dernier, Mediacités publiait une longue enquête sur la mairie de Mions. Nous y documentions l’ambiance explosive régnant au sein de cette commune de 13 000 habitants, à l’est de la Métropole. Pressions sur les agents, démoralisation du personnel, plaintes pour harcèlement, tensions au sein de la majorité… Le tableau se révélait édifiant.

Au centre des critiques, le maire (LR) Claude Cohen, qui se targue de gérer sa mairie « comme une entreprise », était accusé d’avoir considérablement dégradé les conditions de travail des 265 employés municipaux, notamment des cadres et de certains représentants syndicaux. « On leur met la pression jusqu’à ce qu’ils partent ou qu’ils se mettent en arrêt », résumait un membre de la majorité municipale. « Si vous voyez de la poussière, c’est que nous faisons le ménage à la maison », nous avait répondu Claude Cohen. Traduction : circulez, y’a rien à voir !

> A LIRE :

Mions, une mairie au bord de l'explosion

 

Au lendemain de la publication de notre enquête, plusieurs autres agents de la commune nous ont contacté pour confirmer nos informations. Un mois et demi plus tard, le climat ne s’est pas amélioré. Le sujet ressemble de plus en plus à une patate chaude que ni l’administration, ni la justice, ni les élus ne semblent en mesure de refroidir. Revue de détail.

1/ Evaluation des risques psycho-sociaux : six mois de perdus

Sur le . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 79% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.