Mions, ton univers impitoyable… Dans cette petite ville (13 000 habitants) du sud de l’agglomération lyonnaise, rien ne semble apaiser les tensions qui entourent l’action du maire LR Claude Cohen. Pas même les vacances estivales ! Deux plaintes pénales déposées à quelques jours d’intervalle – l’une pour diffamation, l’autre pour atteinte au secret professionnel – sont venues, ces dernières semaines, raviver les passions autour du premier édile, qui n’a pas répondu à nos sollicitations. En octobre 2017, Mediacités vous avait raconté la situation explosive de cette municipalité, minée par des agents sous pression et un élu jugé « autoritaire » jusque dans son propre camp. Voici les derniers épisodes.

> A (re)lire sur Mediacités Lyon : 

"Mions : une mairie au bord de l'explosion"

1/ Qui a tué le chien ?
C’est une guérilla pour le moins incongrue qui s’est joué à Mions cet été. Premier acte : la disparition soudaine de Gibbs, le berger allemand de la police municipale, retrouvé mort fin juillet. Aussitôt, Sophie Dujardin, ex-élue de la majorité qui a créé un groupe dissident avec une autre conseillère municipale en janvier dernier, se fend d’un texte Facebook pour dénoncer « les conditions de travail » du chien policier. En cause, selon elle, le non-remplacement du véhicule de transport de Gibbs, pour cause de réduction budgétaire décidée par Claude Cohen. Le chien aurait notamment souffert de la . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 70% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.