A Grange Blanche, il trône au centre de l’hôpital Edouard Herriot avec ces hauts panneaux blancs et son allure avant-gardiste. Le pavillon H regroupe désormais l’ensemble des blocs opératoires, l’imagerie d’urgence, les différents services de réanimation et plus de 1000 personnes sur les 4500 que compte le site.

Ouvert le 4 septembre, ce bâtiment promettait à la fois un plus grand confort des patients et de meilleures conditions de travail pour le personnel. Le montant de l’investissement était à la hauteur des enjeux : 78 millions d’euros pour la réalisation de ce nouveau plateau technique. Et le montage financier intéressant, comme le relève Pierre-André Juven, sociologue et chargé de recherches au CNRS : « C’est l’Etat, la Métropole et la ville de Lyon en appui des Hospices civils, qui financent le projet. Il s’agit d’un point important car on a trop eu par le passé de partenariats publics-privés qui alourdissaient la facture, comme à Saint-Nazaire. Ce n’est pas le cas ici et c’est bon signe. »

Pour continuer sur les bonnes nouvelles, les agents que nous avons rencontrés font état de réelles améliorations de leur outil de travail. « Il y a trois mois, j’ai quitté le pavillon G, un bâtiment vétuste avec des courants d’air insupportables, pour un pavillon tout neuf avec du matériel renouvelé. Y’a pas photo ! raconte une infirmière. On a par exemple un petit scope (petit écran, ndlr) qui enregistre le patient dès l’entrée et nous permet . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 76% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.