Le rendez-vous est attendu… ou redouté. Chaque année, le président de la Cour des comptes Didier Migaud présente le rapport public annuel de son institution, chargée de contrôler l’utilisation de l’argent public. C’était le 6 février dernier. A côté des observations et recommandations générales sur les finances publiques, les magistrats s’attachent depuis plusieurs années à mener des investigations thématiques. Au menu du cru 2019, les urgences hospitalières, le thermalisme ou encore la gestion des opérations funéraires.

La Chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes (CRC ; qui dépend de la Cour des comptes) s’est donc plongée dans le fonctionnement du Syndicat intercommunal des pompes funèbres de l’agglomération lyonnaise, aussi connu sous l’acronyme PFIAL, pour la période allant de 2011 à 2016. Et elle n’a pas été déçue ! Des entorses voire du favoritisme dans l’attribution de certains marchés, des indemnités d’élus qui prêtent à débat ou encore le chantier du crématorium de Lyon entaché d’irrégularités : Mediacités passe en revue les dysfonctionnements les plus aberrants pointés par les magistrats.        
1/ Cercueils « saucissonnés » et plombier pistonné
Trivialement, on appelle cela du « saucissonnage ». En passant en revue un échantillon d’achats de fournitures et de services, la CRC a constaté que

Il vous reste 77% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !