"Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, vous convie à échanger lors d’un cocktail au Matmut Stadium de Gerland, à 18h30. » Ce samedi 4 février 2017, le futur ministre de l’Intérieur joue à domicile, en pleine campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Le carton d’invitation a été reçu par 120 “VIP”, peu avant le premier grand meeting de son protégé, organisé le même jour au palais des sports de Gerland. Le banquet, réservé aux soutiens du candidat, est facturé au parti En Marche! par le service événementiel du Lou Rugby, gestionnaire du Matmut Stadium.

Un club dont Olivier Ginon, PDG de GL Events, est actionnaire majoritaire. Signe d’une certaine confusion sur le donneur d’ordre, le contrat est d’ailleurs envoyé en copie à un chargé de mission de la ville de Lyon, comme en témoigne un échange de mails issu des Macron Leaks. Jonathan Guémas, alors conseiller au cabinet de Gérard Collomb à la Métropole de Lyon et investi dans la campagne, doit intervenir en précisant que « ce n’est pas la ville de Lyon » qui organise.

L’affaire des ristournes de GL Events dans la campagne d’Emmanuel Macron vient mettre en lumière une longue « amitié » à la lyonnaise. Discrète et feutrée, à l’image de la ville, où s’entremêlent réseaux politiques et économiques. Une lune de miel de vingt ans, émaillée d’opérations immobilières, d’attributions de marché public et de conflits d’intérêts, entre Gérard Collomb, président de l’agglomération et maire de Lyon de 2001 à 2017, et Olivier Ginon, patron de GL Events, devenu en quarante ans l’un des leaders mondiaux de l’événementiel, aujourd’hui proche du milliard d’euros de chiffre d’affaires.

> A (re)lire : 

"Campagne Macron : les cadeaux d'Olivier Ginon (GL Events)"

« GL Events est une des plus grandes et performantes entreprises en matière d’événementiel. Son savoir-faire est aujourd’hui internationalement reconnu, et il n’est donc pas anormal que ce groupe remporte des marchés publics proposés par la ville de Lyon dans le cadre d’appels d’offres européens », défendent la ville de Lyon et la Métropole dans une réponse commune à Mediapart.

« Collomb se dit qu’il a quand même une boîte qui brille à l’international, ça serait bête de ne pas la valoriser »

Actionnaire de club sportif (Lou Rugby), exploitant des plus grosses salles (Eurexpo, Centre de congrès, La Sucrière), organisateur de salons (Sirha) et propriétaire de marques (Bocuse d’Or), GL Events, fondée à Lyon en 1979 par Olivier Ginon, fils d’un grand notaire local, est une institution entre Rhône et Saône. Une véritable success story, soutenue par l’arrivée de Gérard Collomb à la mairie de Lyon en 2001. « Il y a clairement un avant et un après Collomb, qui a toujours assumé le fait d’aider son champion lyonnais », explique un journaliste local. « Il y a un côté pile et un côté face. Collomb se dit qu’il a quand même une boîte qui brille à l’international, ça serait bête de ne pas la valoriser. Le côté face, c’est de valoriser la personne, de faire du copinage. Je pense que Collomb a basculé », lâche un ancien adjoint à la ville de Lyon.

Sous les trois mandats de maire de Gérard Collomb (2001-2017), Olivier Ginon et GL Events, qui proposent une offre complète « intégrée », capable de penser un événement de à A . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.