Les Lyonnais ne le savent pas forcément : en plus d’être un parc, Miribel-Jonage est une zone Natura 2000 de 2846 hectares. On y trouve des espèces protégées telles que des chauves-souris (grands rhinolophes, barbastelle d’Europe, minioptères), des castors, des cistudes (des tortues), des poissons (lamproies, aprons du Rhône), des insectes (papillon cuivré des marais, lucane cerf-volant)... Et aussi une plante aquatique à fleurs blanches joliment dénommée flûteau nageant.

Pour préserver et valoriser cet écosystème, la structure du parc de Miribel-Jonage – la Segapal – a embauché un animateur Natura 2000. Le salaire de celui-ci est intégralement pris en charge par ce programme européen dédié à la protection de la nature. Seulement voilà : depuis 2015, ces fonds n’arrivent plus. Au total, 22,5 millions d'euros bloqués entre Bruxelles et Lyon, soit 9,9 millions pour l'Auvergne et 12,6 millions pour Rhône-Alpes. « On n'a aucune visibilité », regrette l’animateur actuellement parti en formation.

Même cause, mêmes effets en Auvergne : Anne-Sophie De Pieri, animatrice Natura 2000 à la Ligue de protection des oiseaux (LPO) Auvergne témoigne : « En Sologne bourbonnaise [22 000 hectares classés], nous nous engageons à acheter le bois sur pied aux propriétaires forestiers pour qu’ils ne les coupent pas afin de préserver la biodiversité. Sauf que l’argent est bloqué depuis 2015 ! » Et les propriétaires commencent à s’impatienter.

Une avance d'un million d'euros. Sauf que...

Sur tout le territoire Auvergne-Rhône-Alpes, les fonds européens consacrés aux zones Natura 2000 sont bloqués depuis trois ans. A qui la faute ? Avant tout au d . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 58% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.