Le titre de votre livre reprend une phrase célèbre du fondateur du journal Le Monde, Hubert Beuve-Méry : « le journalisme, c’est le contact et la distance ». Il ajoutait : « Les deux sont nécessaires. Tantôt il y a trop de contact et pas assez de distance. Tantôt, c’est l’inverse. Un équilibre difficile. ». Cet équilibre est-il encore plus difficile à trouver en dehors de Paris ?

Je n’ai pas travaillé au niveau local, mais j’ai eu des échos, notamment parce que je suis intervenu auprès de responsables de . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.