Un véritable camouflet. Et une situation plutôt inhabituelle dans le monde des grandes écoles où le consensus règne d’ordinaire. Jeudi 6 décembre, 409 personnels et 2176 élèves-ingénieurs de l’École centrale de Nantes élisaient leurs représentants au conseil d’administration et dans toutes les instances internes. Alors qu’elle peinait jusqu’alors à faire entendre sa voix, l’opposition à la direction de l’école a remporté une éclatante victoire. Réunis sous la bannière Unité Centrale, les candidats plaidant « pour une école humaine, démocratique et durable (…), critiques envers la vision portée par la direction », ont raflé 11 des 16 sièges d’administrateurs en jeu (70,5 % des voix). Sur l’ensemble des conseils, 24 de leurs 29 candidats ont été élus, alors que 51 postes ont été pourvus. Dans le courriel officiel d’annonce des résultats, la direction a préféré communiquer une liste de noms expurgés des étiquettes, reconnaissant simplement une « forte mobilisation ». Sous pression des personnels, elle a finalement consenti à afficher les résultats détaillés dans le hall d'entrée de l'école.     . . .

Il vous reste 60% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !