Olivier le Grontec, le nouveau directeur général des transports de l’agglomération nantaise, l’a promis lors de ses vœux à l’entreprise, le 30 janvier : pour la Semitan (ou TAN), 2019 sera l’année du passage à 2 000 salariés. Comme on en comptait 1 960 au 31 décembre dernier, le pas peut sembler assez simple à franchir. En réalité, il représente un sacré défi pour la société d'économie mixte en charge des trams et des bus de Nantes.

Un signe peut mettre la puce à l’oreille. Récemment, les voyageurs arpentant les couloirs du métro parisien à la station Montparnasse pouvaient tomber nez à nez avec des publicités un peu particulières : un « tunnel » de cinq panneaux d’affichage vantant le bonheur d’une reconversion comme conducteur de bus et de tramway à Nantes. « Prenez un temps d’avance » ; « Respirez la bonne humeur ! » ; Redémarrez en confiance ! » ; « Faîtes le plein d’énergie ! » ; « Choisissez

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 69% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.
Hubert Heulot
Hubert Heulot, journaliste, à Nantes depuis une vingtaine d’années après dix ans passés au Canada. Spécialisé dans le social, les transports publics et la mobilité. Ancien de Ouest-France, correspondant, un temps, pour La Tribune, La Croix ayant travaillé ensuite pour la presse professionnelle plutôt dans les relations sociales en entreprise et les syndicats. A aussi voyagé pour la presse touristique. « Investiguer pour Médiacités me donne le sentiment d’être encore plus utile par mon métier ! Et que ça ne fait toujours que commencer ! »