Lundi, le Premier ministre Édouard Philippe livrait les premiers enseignements tirés par l’exécutif du Grand débat national lancé par le gouvernement quelques mois plus tôt. Sous la verrière du Grand Palais, à Paris, et devant une assemblée triée sur le volet rassemblant ministres, directeurs d’administrations, représentants syndicaux, élus et responsables d’associations. La veille, à Saint-Nazaire, l’ambiance était toute autre. Dans un immeuble squatté, aux murs défraîchis, 700 « gilets jaunes » tenaient le bilan du second rassemblement national du mouvement.

En langage « gilets jaunes », on appelle cela une « Assemblée des assemblées » ou « AG des AG ». Du vendredi après-midi au dimanche soir, les représentants de 250 groupes locaux avaient suivi ateliers et séances plénières. Objectif : définir les revendications, les propositions et les actions, mais aussi réfléchir à l’avenir de ce mouvement entamé cinq mois plus tôt.

Comme le notait France Info vendredi, la facture – plutôt salée - du grand raout gouvernemental est estimée entre 200 000 et 400 000 euros. Et ce même si la location de l'équipement culturel parisien s’est faite à titre gracieux. Celle de la « grande messe jaune » ? Aux alentours de 15 000 euros, selon Ludovic, l’un des organisateurs de la manifestation. Faiblement structuré, et ne disposant ni des moyens ni de l'organisation logistique que peuvent avoir les syndicats, les gilets jaunes ont dû "bricoler". D'autant qu'ils n'ont bénéficié d'aucun apport d’argent public.

Si une association a bien été cr . . .

Il vous reste 75% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Avatar de Antony Torzec
Diplômé du CFPJ (après une Licence de Communication), j'ai débuté ma carrière dans le groupe Europe 1 (Europe 2, Europe 1), avant d'occuper un poste de journaliste au sein de la rédaction de Radio Fidélité à Nantes. Après une année passée à la rédaction française de Radio Vatican à Rome, j'ai fait un retour à Radio Fidélité en tant que rédacteur en chef jusqu'en avril 2017. J'ai réalisé quelques piges également pour Télénantes, France 3, France Bleu et La Croix. Depuis septembre 2017, je collabore avec Médiacités Nantes et les radios RCF des Pays de la Loire (RCF Anjou, Vendée et Sarthe).