Le sujet a mis le bocage de Notre-Dame-des-Landes sous le feu des projecteurs pendant près de 10 ans. Stoppé net il y a un an par le gouvernement d'Edouard Philippe, il continue néanmoins de faire débat, tant sur l'avenir des terres de la ZAD que sur le réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Mais il cache aussi un vrai fiasco politique, où pendant 40 ans, élus locaux et haut-fonctionnaires ont défendu becs et ongles leur projet d'aéroport sans jamais oser remettre les choses à plat. Il y a pourtant des leçons à tirer de cet échec et certains chercheurs travaillent déjà sur la question. Parmi eux, Maurice Baslé, professeur d'économie à l'Université de Rennes 1 et spécialiste de l'évaluation des politiques publiques.       

Mediacités : Lors d'un colloque organisé à Nantes, vous êtes intervenu sur le thème : Evaluation publique d'un grand projet d'intérêt supra-régional, et si c'était à refaire ? Y aura-t-il, selon vous, un avant et un après Notre-Dame-des-Landes dans le portage politique des grands projets d'aménagement ?

Maurice Baslé : Pour le moment, je n'ai pas l'impression qu'on . . .

Il vous reste 73% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.