Avant Notre-Dame, l'incendie de la cathédrale de Nantes
Le son est un peu nasillard, les images – en noir et blanc – sont un peu tremblantes, mais le parallèle avec celles ayant envahi nos écrans depuis lundi est saisissant. Dans les archives de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), on trouve ainsi plusieurs reportages relatant l’incendie de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes, le 28 janvier 1972, un peu moins de cinquante ans avant celui qui a embrasé Notre-Dame de Paris en début de semaine.

 

Dans ces séquences, on découvre notamment une image du brasier vu d’en haut qui en évoque immanquablement une autre diffusée dans la nuit du 15 avril.

 

Et les parallèles ne s’arrêtent évidemment pas là. Des travaux de rénovation qui avait alors lieu et sont responsables du feu nantais (l’enquête est encore en cours à Paris) à l’action remarquable des pompiers en passant par le sauvetage des principaux trésors des deux édifices, les concordances entre les deux catastrophes n’ont évidemment pas échappé aux journalistes, dès les premières heures de l’incendie de Notre-Dame. Fin spécialiste de l’histoire nantaise, écrivain et journaliste, Stéphane Pajot s’en est immédiatement fait l’écho sur son fil Twitter, puis dans Presse-Océan, avant que d’autres comme Ouest-France,

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.