Fin mai, Mediacités racontait la bataille juridique engagée par des riverains contre le circuit automobile d'Albi en raison du boucan provoqué par le ronflement des moteurs. Cet été, la société DS Events, gestionnaire de l'infrastructure, a tenté de contre-attaquer. Le 7 août, l'Association des riverains de l’autodrome Albi-Le Séquestre (Aras) a été assignée en référé devant le tribunal de grande instance d'Albi, à la demande de DS Events.

En cause : des affiches imprimées sur du papier jaune fluorescent et placardées autour du serpent de bitume albigeois, avec pour slogans « Circuit scandale sanitaire », « Circuit stop au bruit » ou encore « Circuit le bruit ça suffit ». Une première série de panneaux similaires étaient déjà visibles depuis le mois d'avril. Mais ces nouvelles affiches, apposées le 3 août, n'ont pas du tout été du goût du gestionnaire du circuit, qui rappelle qu'une « expertise judiciaire est en cours, notamment à l'initiative de l'Aras, pour déterminer si des nuisances de voisinage sont imputables à la société DS Events », et que l'association ne peut donc « ignorer que ce qu'elle affirme est nullement établi ». Si l'entreprise crie à la diffamation, c'est aussi parce qu'elle craint que ces affiches ne viennent troubler le bon déroulement du 73e Grand Prix Automobile d'Albi, qui doit se tenir les 9 et 10 septembre prochains.

Ce vendredi 18 août, le tribunal a débouté DS Events, considérant que le caract . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 16% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.