Jean Tirole aime à se faire passer pour l'incarnation de la retenue. Voire du désintéressement. Il avait confirmé ce sens de l'humilité dans une interview donnée à Paris Match en 2015 : « Les scientifiques ne travaillent pas pour l'argent ». Sans doute. Ceci n'empêche pas le prix Nobel 2014 de compléter astucieusement son salaire de professeur, qui plafonne en fin de carrière à environ 5 000 euros mensuels, par divers moyens.

Depuis 1994, Jean Tirole est le président d'une société par actions simplifiées baptisée Tirole Economie. Cette société m . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire la suite de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
Abonnez vous à partir de 1€/mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.