Le film fétiche des fondateurs des cinémas Utopia s'appelle The Molly Maguires. Tourné en 1969, il raconte le combat de mineurs sabotant les installations du patron qui les exploite. Cette « déclaration formidable d’insoumission à l’ordre injuste et mutilant qui enrichit toujours plus les uns et affame toujours plus les autres », comme l'écrivent Anne-Marie-Faucon et Michel Malacarnet dans le journal maison, la Gazette d’Utopia, leur a donné envie d’ouvrir des cinémas. Le symbole est beau. Mais colle-t-il vraiment à la réalité ?

Cinéma emblématique en Haute-Garonne, reconnu pour la qualité de sa programmation et ses prix bas, Utopia est une institution pour le milieu associatif et syndicaliste. Mediacités s’est intéressé aux pratiques patronales du duo Faucon-Malacarnet. Depuis septembre 2017, nous avons rencontré ou échangé par téléphone et messagerie avec plus d’une vingtaine de personnes (actuels et anciens salariés d’Utopia, professionnels du secteur, syndicalistes et chercheurs). Sur la foi de ces témoignages, il semble que le climat social de l'entreprise soit plus proche de celui dépeint dans les mines de Pennsylvanie de The Molly Maguires, que de l'utopie imaginée par les spectateurs toulousains.

Le cinéma Utopia de Toulouse a vu le jour en 1993, celui de Tournefeuille en 2003. Ils rencontrent un succès important auprès du public, regroupant une moyenne annuelle de 500 000 entrées par an à eux deux. Jusqu'en 2016, date à laquelle le cinéma toulousain est vendu par Anne-Marie-Faucon et Michel Malacarnet et devient l'American Cosmograph, les deux cinémas Utopia de Haute-Garonne sont exploités par la SARL (société à responsabilité limitée) Utopia Latin

La SARL Utopia Latin n'exploite désormais plus que le cinéma Utopia de Tournefeuille. Le réseau Utopia comporte aussi . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Avatar de Gael Cerez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Petite prédominance pour l'économie, l'histoire, la géopolitique, les sciences... entre autres choses.