A Toulouse, le vieux canal creusé à l'époque du Roi Soleil n'a certes pas le faste Versaillais du fabuleux « escalier d'eau » conçu devant Béziers, la ville natale de Riquet. Classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 1996, l'ancien canal royal du Languedoc a même failli être noyé sous le béton et le bitume. Ce projet d'autoroute urbaine a capoté dans les années 70, mais le maire de la ville envisage aujourd'hui sérieusement de recouvrir l'écluse Bayard, face à la gare Matabiau (voir encadré). Cela ne semble pas émouvoir grand monde. Le canal à Toulouse serait devenu un égout et un dépotoir à ciel ouvert, à en croire les -rares- propriétaires de bateaux de passagers qui tentent malgré tout d'y promener des touristes : carcasses de vélo volés et déchets en tous genres se prennent régulièrement dans les hélices.

Marie Hélène Mayeux-Bouchard, conseillère municipale (LR) de Toulouse chargée du dossier, tente de redorer l'image ternie du canal en mettant en avant le pavillon bleu octroyé depuis 2014 au port Saint-Sauveur, derrière la Halle Aux Grains. « Les goujons reviennent », affirme même l'élue toulousaine. Une assertion aussitôt battue en brèche par Jean-Alain Sarrado. « J'ai vu des carpes crevées à l'écluse du Béarnais », rapporte le secrétaire de l'association des communes riveraines du canal.

Les avis sur le mauvais état . . .

Il vous reste 74% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Avatar de Stéphane Thepot
Correspondant à Toulouse pour la presse nationale (Le Point, Le Monde, L'Express, La Croix) depuis plus de 25 ans, Stéphane a commencé sa carrière dans les radios que l'on disait "libres" et la presse agricole. Il a aussi rédigé un livre-enquête sur les paysans dans l'Aveyron (ateliers Henry Dougier) et un "anti-guide touristique" pour les néo-toulousains (Héliopoles). Diplômé de Sciences-Po Toulouse, il intervient auprès des nouvelles générations d'étudiants qui se destinent au journalisme.