Mais que se passe-t-il à l'Enseeiht ? En avril, le site actu.fr révélait que la direction de cette école d'ingénieurs, composante de l'Institut national polytechnique (INP) de Toulouse, avait placé une caméra dans les toilettes de l'établissement pour détecter un hypothétique trafic de drogue. Cette révélation a contribué à semer la pagaille dans un établissement déjà miné par un fort malaise social.

Retour en arrière. Le 16 septembre 2015, Jean-François Rouchon, directeur de l'École nationale supérieure d'électrotechnique, d'électronique, d'informatique, d'hydraulique et des télécommunications de Toulouse (Enseeiht, prononcer "N7"), écrit une lettre au procureur de la République afin de demander l’autorisation de poser une caméra grand angle dans les toilettes de l’établissement. Le personnel de ménage a trouvé un sachet de cannabis caché dans le plafond et l'école soupçonne un trafic. Elle veut démasquer les coupables.

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.