Bulgarie, République tchèque, Tunisie, Maroc, Mexique... Près des deux-tiers des salariés de Latécoère, société dont le siège social est à Toulouse comptant parmi les sous-traitants d’Airbus, travaillent à l’étranger ! En 2017, l’équipementier aéronautique employait 4451 salariés dans dix pays : 2884 à l’étranger et 1567 en France… Par rapport à 2015, l'entreprise compte 421 salariés de plus à l’étranger et 127 de moins dans l’Hexagone. « Depuis 2010, on observe une accélération des délocalisations. Dans le même temps, un plan social enclenché en 2016 a détruit 200 emplois qui ne sont pas entièrement compensés par l’ouverture de la nouvelle usine de Montredon », déplore Florent Coste, délégué syndical CGT chez Latécoère. « Les carnets de commande sont toujours remplis, alors l’emploi du secteur continue de progresser dans la région [+2,6% de créations d’emploi en 2016 par rapport à 2015, NDLR] mais ce sont les pays du Maghreb et d’Europe de l’Est qui profitent le plus de cette dynamique », remarque un expert d’un cabinet de conseil de la Ville rose. 

L’étude annuelle de l’Insee sur l'aéronautique et spatiale, publiée en mars, met l’accent sur le fait que la filière représente « un emploi industriel sur cinq » dans le Grand Sud-Ouest. Cela éclipserait presque le chiffre le plus pertinent de l'enquête : 39% de l’activité des sous-traitants de l’aéronautique d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine est effectuée à l’étranger

Il s'agit des sous-traitants de l'aéronautique dans le Grand . . .

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 80% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous à partir de 1€ le premier mois.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.
Rozenn Le Saint
Je suis journaliste d’investigation spécialisée dans le social et la santé (auteure avec Erwan Seznec, un autre enquêteur de Mediacités, de Le livre noir des syndicats, Robert Laffont). J’ai démarré en terre bretonne et j’arpente à présent la France, notamment pour les pages régionales de Capital et bien sûr, Mediacités.