Une autoroute reliant Castres à Toulouse qui filerait entre les collines ? Dans la vallée du Girou, cette petite rivière sous-affluent de la Garonne, on en entend parler depuis le milieu des années 1990. Mais depuis le 20 juillet dernier, date de la publication au journal officiel de la déclaration d'utilité publique portant sur « les travaux de création d'une liaison autoroutière à 2×2 voies entre Castres (81) et Verfeil (31) sur une longueur d'environ 54 km », la perspective se précise. Cette nouvelle A69 qui, d'après la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) coûtera près de 470 millions d'euros

Le projet de liaison autoroutière Castres - Toulouse (LACT) consiste en la réalisation d'une 2x2 voies et d'échangeurs entre Castres et l'A68 (qui relie Albi à Toulouse en passant à proximité de Verfeil, dans la Haute-Garonne).
Cette réalisation comporte deux opérations : l'élargissement à 2x2 voies des 8 km qui relient l'entrée de l'A68 à Verfeil où sera créé un échangeur, opération sous maîtrise d'ouvrage d'ASF. Et la création d'une nouvelle autoroute de 54 kilomètres entre Verfeil et Castres, sous maîtrise d'ouvrage de l'Etat mais pour laquelle « il est prévu de recourir à une concession », selon la DREAL Occitanie. Un appel d'offre aura donc lieu où les candidats mentionneront « le montant de la subvention d'équilibre demandée » aux pouvoirs publics. Qui, en attendant l'attribution de la concession, se sont livrés à « une simulation de la subvention ».
Selon ces chiffres estimés par le ministère des transports, le coût de l'ensemble de l'ouvrage serait de 468,3 M . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Abonnez-vous sans engagement de durée
pour lire la suite et 800 autres enquêtes exclusives.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Pourquoi s'abonner à Mediacités ?

  • 100% indépendant, seuls nos lecteurs nous font vivre.
  • Aucune pub, jamais !
  • Des enquêtes et révélations exclusives.
  • Soutenez un contre-pouvoir dans votre ville
  • Comprendre les enjeux nationaux par le local.
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !