La zone du cratère de l'explosion de l'ex-usine AZF est théoriquement placée sous scellés judiciaires depuis l’ouverture de l’enquête, au lendemain de la catastrophe du 21 septembre 2001, et doit le demeurer tant que court la procédure. La condamnation de Grande Paroisse et de l’ex directeur de l’usine en octobre 2017 pouvait laisser espérer une remise en état de la zone, mais le pourvoi en cassation de Total reporte les travaux. Or, comme nous avons pu le constater directement à deux reprises, les 9 et le 24 octobre 2018, il suffit de contourner le site clôturé par l’arrière pour découvrir un grillage ouvert, et même un portail d’accès sans aucun cadenas ni protection, et avoir la possibilité d’entrer à l’intérieur ! Des traces de passage, pour certaines assez récentes, sont d'ailleurs visibles.

Cet article est réservé à nos abonnés, pour lire les 58% restants de l'article :
Découvrez Mediacités gratuitement pendant 24h !
En renseignant votre e-mail, vous acceptez de recevoir nos newsletters (2 par semaine) et des offres d'abonnement.
Abonnez-vous pour 6,90€/mois ou 59€/an.
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.