Masques nantais (suite) : la colère des producteurs locaux, les marges confortables des intermédiaires