Une année à la Boissière : « Au bonheur des rats »

A la fin du XIX° siècle, dans Au bonheur des dames, Zola retraçait les débuts du grand magasin, qui mettait en péril les petits commerces. Depuis, ces derniers ont expérimenté différentes formes de résistance dont le regroupement au sein de petits centres commerciaux de proximité. A la Boissière, il fut, un temps, symbole de progrès avant de faire le bonheur des rats et des pigeons.

Boissiere_ep3_Une
Devant le centre commercial voué à la démolition, au cœur du quartier de la Boissière, à Nantes. / Photo : Elvire Bornand

Le 11 février dernier, Emmanuel Macron a rencontré des étudiants de l’Institut régional d’administration, installé à Nantes Nord. Le chef de l’État venait y présenter une série de mesures censées promouvoir l’accès des étudiants moins favorisés aux écoles de la haute fonction publique, afin d’y introduire – enfin et un peu – de diversité sociale. Ce n’est pas le premier président à se trouver à quelques encablures du quartier de la Boissière. Il y a un peu plus d’un quart de siècle, en janvier 1994, François Mitterrand y était venu inaugurer la ligne de tramway reliant le quartier au centre-ville. Et lancer un appel à la solidarité nationale afin, expliquait-il aux conseillers municipaux nantais, que « le fort (ne) soit (pas) toujours plus fort,

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Par Elvire Bornand et Frédérique Letourneux