Seclin : une fin de campagne sous tension

« Je viens de contacter la Préfecture pour leur demander de renforcer la surveillance policière pendant le scrutin », annonce le candidat de la droite en course pour le second tour à Seclin, François-Xavier Cadart. Il a devancé le maire communiste sortant, Bernard Debreu, de 16 petites voix au premier tour. Un scrutin serré qui risque de l’être également le 28 juin. De quoi cristalliser les tensions aux dernières heures de la campagne. François-Xavier Cadart explique ainsi les raisons de sa méfiance : « J’ai appris qu’ils voulaient emmener des personnes vulnérables en bus pour voter; je voudrais m’assurer que personne ne les influence. »
Plainte et contre-plainte
Après avoir perdu de peu au second tour en 2014, le candidat de la droite à Seclin préfère « prendre les devants » plutôt que de « se perdre en recours » après l’élection. Il a même déposé plainte contre X pour « manœuvre frauduleuse tendant à l’exercice d’un vote par procuration », suite à des renseignements collectés auprès d’électeurs et sur les réseaux sociaux. « On me dit qu’une personne travaillant en mairie se déplace au domicile des personnes vulnérables et âgées afin de les aider pour faire une procuration », affirme-t-il. Il veut voir dans cette démarche une manœuvre susceptible d’influencer le scrutin en faveur de son adversaire.

Face à ces accusations, l’équipe de campagne de Bernard Debreu, contacté à plusieurs reprises par Mediacités, se contente de nous renvoyer sur un communiqué de presse publié jeudi. Le maire communiste sortant de Seclin y dénonce une « volonté de l’attaquer » et annonce porter plainte à son tour pour « dénonciation calomnieuse ». « Donner procuration est un droit . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois


Précédemment dans l'Oeil

Kiabi met la construction de son nouveau siège sur pause

Les travaux du futur quartier général de la marque de prêt à porter des Mulliez devaient commencer au printemps. Ils sont gelés le temps de réexaminer les besoins à la lumière de la crise du coronavirus.

Le projet de revenu universel à 1000 euros des Verts lillois est-il réalisable ?

Stéphane Baly et ses alliés affirment qu'ils expérimenteront un revenu de base municipal à Lille en cas de victoire aux municipales le 28 juin. Une mesure qui suscite bien des questions. Veracités y répond.