Xavier Bertrand en juin 2020, lors de la présentation de son plan de relance à 1,3 milliard d'euros au Conseil régional des Hauts-de-France. DR

Xavier Bertrand écope d’une amende pour non-respect de la parité

Pas assez paritaires, les Hauts-de-France ? C’est en tout cas ce que révèle un rapport du ministère de la Transformation et de la Fonction publique sur les nominations dans la haute administration, au gouvernement et dans les plus importantes collectivités relayé par nos confrères de La Lettre A. On y apprend notamment qu’en 2019, la région de Xavier Bertrand n’a pas nommé assez de femmes dans son administration - et ne respecte donc pas le « dispositif de nominations équilibrées ». En vigueur depuis 2013, celui-ci précise que toutes les catégories de la fonction publique (fonction publique d’État, territoriale et hospitalière) sont tenues de respecter un objectif de 40% de nominations féminines par an.

Résultat : quatre régions ont écopé d’une amende pour non-respect de ce quota. Parmi elles, la région Auvergne-Rhône-Alpes de Laurent Wauquiez, comme nous l’évoquions récemment dans Mediacités, et la région Hauts-de-France, présidée par Xavier Bertrand.

90 000 euros d’amende

En 2019, sur cinq nominations, une seule femme a ainsi fait son entrée dans l’administration des Hauts-de-France, ce qui vaut à la Région d’écoper d’une amende de 90 000 euros. Même pénalité pour les régions Bretagne et Auvergne-Rhône-Alpes. L’Île-de-France, quant à elle, doit s’acquitter d’une pénalité de 180 000 euros.

Dans l’ensemble de la fonction publique, la part des femmes augmente lentement, mais « de façon continue », souligne le rapport. De 27% en 2015, elle a atteint 33% en 2019. Quant à la fonction publique territoriale, la part de nominations féminines a atteint 47% en 2019. C’est quatorze points de plus qu’en 2018.

Précédemment dans l'Oeil

Roubaix : le conseil municipal réduit au rôle de chambre d’enregistrement

En signe de défiance contre le maire de Roubaix et trois élus de la majorité poursuivis pour « escroquerie aggravée », les élus d’opposition ont quitté le conseil municipal jeudi 21 octobre. Permettant d’expédier la séance en à peine 20 minutes.

Les dessous de l’explosion de la taxe foncière à Lille

D'après l’Union nationale des propriétaires immobiliers, la taxe sur le foncier bâti à Lille a bondi de 36 % entre 2010 et 2020, faisant de la capitale des Flandres la troisième grande ville de France où cette hausse est la plus forte. Mais ce chiffre appelle des explications...