Vernissage Nikos Aliagas, Butz & Fouque à la Maison de la Photographie. Photo : Maison de la Photographie

La justice rejette le recours d’Olivier Spillebout contre l’Institut pour la photographie

Le tribunal administratif de Lille a tranché. Les arguments avancés par la Maison de la photographie à l’encontre de son concurrent « ne sont pas de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée », a conclu la juge, vendredi 12 novembre. Résultat : « La requête présentée par l’association Maison de la photographie est rejetée. »

Au début de la semaine, les représentantes juridiques des deux parties s’étaient donné rendez-vous devant la juge du tribunal administratif. La Maison de la photographie, dirigée par Olivier Spillebout, pointait du doigt une décision du conseil régional allouant 14 millions d’euros à la rénovation des locaux de son principal concurrent, l’Institut pour la photographie. La juge a été saisie en urgence pour casser la délibération avant que l’établissement ne ferme pour travaux à la fin de l’année.

Xavier Bertrand pointé du doigt

« Toutes les subventions que peut obtenir l’Institut portent directement préjudice aux autres associations culturelles », avait plaidé Me Héloïse Hicter, avocate de la Maison de la photographie. Lors de l’audience, elle avait aussi dénoncé un manque d’informations préalables aux élus, avant qu’ils ne délibèrent. La structure « conteste beaucoup des éléments juridiques qu’apporte la Région, dont le défaut d’information préalable, qui est factuel, se défend la Maison de la photographie dans un communiqué. Les faits sont là, il n’y a eu qu’un feuillet d’annexe d’une page pour présenter le projet. » Du côté des élus d’opposition, les avis sont plutôt mitigés, comme nous l’expliquions dans cet article.

Olivier Spillebout ne compte pourtant pas lâcher l’affaire. Son autre recours sur le fond « sera donc plaidé au tribunal administratif par voie classique prochainement ». En attendant, il n’hésite pas à remettre en cause les méthodes de Xavier Bertrand : « Au-delà de l’urgence, ce sont les choix culturels et la méthode autocratique du président de région que nous combattons. »

Précédemment dans l'Oeil

Ponctualité : les TGV du nord, mauvais élèves; les TER, cancres absolus

Que ce soit en termes de retards ou d'annulations de trains, les performances des TGV de l'axe Nord sont parmi les plus mauvaises du pays. Quant aux TER des Hauts-de-France, ils figurent au dernier rang de toutes les région françaises.

Hauts-de-France : Un projet de RER à très petite vitesse

La Région a lancé les premières phases d’études pour la mise en place de son « service express métropolitain », qui permettra de doubler la fréquence des TER, notamment entre Lille et le bassin minier. Un vaste chantier qui traîne depuis dix ans et qui devrait être finalisé d’ici… 2040.