Mercredi 19 janvier, la venue à Calais du candidat Éric Zemmour a déplacé plus de journalistes que de militants de son parti, Reconquête!. Photo : Morgan Railane, Aletheia Press.

À Calais, Éric Zemmour passe en coup de vent

Entre deux rendez-vous au tribunal, où il a été condamné pour « complicité de provocation à la haine raciale », le candidat d’extrême-droite à l’élection présidentielle, Éric Zemmour, est venu passer quelques heures à Calais, mercredi 19 janvier. Europe et immigration au programme - mais aussi polémique avec la presse, accusée d’avoir éventé le lieu de son intervention aux « antifas ».

Perché sur un énorme blockhaus face à la mer du Nord, mercredi, Éric Zemmour lit son discours sur l’Europe. Les pages volettent et le micro a des faiblesses. Autour de lui, une quarantaine de journalistes, une quinzaine de caméras, un service d’ordre surdimensionné et, au loin, cinq militants anti-Zemmour qui hurlent dans un mégaphone : « on t’a trouvé Zemmour, on t’a trouvé ! ». Le candidat Reconquête! leur répond par un tweet dans l’après-midi : « La collusion entre certains journalistes et l’extrême-gauche la plus violente n’est pas seulement idéologique. Elle est également concrète, assumée, agressive, et très dangereuse pour la démocratie et ses défenseurs. »

https://twitter.com/ZemmourEric/status/1483865781825908739?s=20

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Précédemment dans l'Oeil

7 000 personnes ont tenté de traverser la Manche depuis le début de l’année 2022

Depuis janvier 2022, 7 000 personnes ont tenté de rejoindre le Royaume-Uni clandestinement. C'est trois fois plus que l'année passée à la même période.

Un couple de Lillois condamné pour leur activité de marchands de sommeil

Un couple de Lillois a été condamné, le 25 avril dernier, à respectivement un an ferme et six mois de prison avec sursis pour avoir loué des appartements dans un immeuble insalubre.