Le RN récupère le siège du « traître » José Évrard à l’Assemblée et fait le ménage chez ses proches

2022-01-jose-evrard-arras
José Évrard, lors d’une manifestation contre le passe sanitaire à Arras, le 5 septembre 2021 / Photo : Twitter José Évrard

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Morgan Railane, Aletheia Press

Dans le bassin minier, le décès du député (Debout la France) José Évrard fait des remous. Son suppléant, Emmanuel Blairy, n’a pas traîné pour succéder à son aîné... sous l'étiquette du Rassemblement national. Même s’il ne siégera que quelques jours au vu du calendrier parlementaire, le nouveau député s’est lancé dans un grand ménage dans l’équipe de l’ex-député.

Dans le bassin minier, le décès du député (Debout la France) José Évrard fait des remous. Son suppléant, Emmanuel Blairy, n’a pas traîné pour succéder à son aîné... sous l'étiquette du Rassemblement national. Même s’il ne siégera que quelques jours au vu du calendrier parlementaire, le nouveau député s’est lancé dans un grand ménage dans l’équipe de l’ex-député.

C’était un personnage truculent. Le député (Debout la France) de la 3e circonscription du Pas-de-Calais, José Évrard, a été emporté par le Covid-19 le 7 janvier dernier, à l'âge de 76 ans. Vacciné (d’après l’un de ses enfants, Rémi Évrard) mais vent debout contre le passe vaccinal, l’ancien militant communiste a eu une fin de parcours mouvementée.

Membre du PCF pendant 36 ans - de 1965 à 2001 - , il rallie le Front national (FN) 13 ans plus tard pour cause de « trahison » du parti. « Le parti communiste s’est détourné du patriotisme; je suis parti pour ça », nous disait-il lors de la campagne des régionales en mai dernier. Élu député en juin 2017 sous l'étiquette FN, il claque la porte en novembre pour suivre Florian Philippot qui vient de fonder Les Patriotes. Mais il quitte ce dernier moins de deux ans plus tard, en 2019, pour rejoindre le parti Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan. L’homme donne le tournis à ses proches tandis que le FN dénonce à son tour sa « trahison »…

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment