A l'entrée de l'Issep, à Lyon. Photo : Mathieu Périsse.

Un prof de l’école de Marion Maréchal poursuivi pour des faits de violences

L’information a été révélée ce mercredi 7 octobre par le journal en ligne montpelliérain Le D’Oc et par Mediapart : Jean-Luc Coronel de Boissezon est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour son implication, en mars 2018, dans une opération commando de l’extrême-droite menée pour déloger des grévistes de la faculté de droit de Montpellier. Ce professeur d’histoire du droit, révoqué par son université, a depuis rejoint l’équipe des enseignants de l’Issep, l’école lyonnaise de Marion Maréchal (ex-Le Pen), comme Mediacités l’avait révélé dans une récente enquête. Il est chargé de « l’histoire de la pensée économique »

Enseignants-Issep
Capture d'écran de la page "Des enseignants de qualité" du site de l'Issep.

L'agrégé de 52 ans, aujourd’hui interdit d’exercer dans l’enseignement public, est poursuivi pour des faits de violences volontaires « pour avoir frappé l’un des neuf manifestants blessés lors de l’évacuation », précisent nos confrères. D’après son avocat, Jean-Luc Coronel de Boissezon n’a fait que se défendre dans la cohue. Dans son ordonnance de renvoi, la juge d’instruction écrit qu’il est « incontestable » qu’il a lui aussi « reçu des coups ».

Militants cagoulés et armés

Selon plusieurs témoins, Jean-Luc Coronel de Boissezon aurait permis aux militants d’extrême-droite, cagoulés et armés de planches en bois et d'un Taser, de pénétrer au sein de la faculté. Sa compagne, Patricia Margand, a également « activement participé à la mise en place » du commando de mars 2018, selon la juge d’instruction. Elle sera jugée en tant que complice. Le couple est proche des milieux identitaires, du Rassemblement national ou encore du mouvement de La Manif pour Tous.  

capture-d-ecran-2018-03-28-a-02-19-15
Jean-Luc Coronel de Boissezon (au téléphone) pendant l'évacuation. Au premier plan : l'ex-doyen de la faculté de droit Philippe Pétel. Image : DR.

D’après Le D’Oc et Mediapart, le nouvel enseignant de l’Issep a déjà été condamné pour des faits de violences sur personne vulnérable en 2013. Dans le dossier de l’évacuation violente de la faculté de droit de Montpellier, outre Patricia Margand et lui, cinq autres personnes sont renvoyées devant le tribunal correctionnel, dont l’ancien doyen Philippe Pétel.

Ce n’est pas la première fois qu’un intervenant de l’école de Marion Maréchal se retrouve poursuivi par la justice pour des faits de violences. Dans un tout autre registre, un historien russe, Oleg Sokolov, spécialiste de Napoléon, avait été arrêté en novembre 2019 pour avoir tué et démembré une de ses anciennes étudiantes devenue sa compagne.

Nicolas Barriquand

> Nos précédentes enquêtes sur l’Issep

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2020/09/08/de-lyon-a-madrid-marion-marechal-recrute-jusque-dans-les-rangs-des-nostalgiques-de-franco/

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2018/11/21/ces-entrepreneurs-lyonnais-au-service-de-lecole-de-marion-marechal/

Précédemment dans l'Oeil

Régie publique de l’eau : les salariés de Veolia mettent la pression sur la Métropole de Lyon

Dans un an et demi, le Grand Lyon gérera, via une régie publique, l'eau potable de son territoire, en lieu et place de l'actuel délégataire Veolia. Ce vendredi, les salariés de la filiale du groupe seront en grève pour demander des garanties à la Métropole sur la transposition de leurs acquis sociaux dans la future entité.  

Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : une candidate du RN relaie des messages antisémites

Mediapart a découvert que Juliette Planche, en position éligible sur la liste d’Andréa Kotarac, a posté pendant des mois des messages antisémites et complotistes, sans que le profil de cette royaliste n’alerte personne, jusque-là, au RN.