Scandale Essure : quatre victimes des implants contraceptifs de Bayer portent plainte contre l’État

« Que chacun prenne ses responsabilités, reconnaisse sa part d’erreur dans cette longue chaîne de responsabilités », écrivait, en novembre 2018, Anne-Cécile Groléas, dans une tribune publiée sur Mediacités. Deux ans plus tard, avec trois autres femmes, cette ancienne élue de Vénissieux, intoxiquée par des implants contraceptifs Essure qu’elle a portés pendant cinq ans, a déposé plainte au tribunal administratif, comme le relate Le Progrès du 10 octobre dernier. Elles souhaitent voir reconnaître la responsabilité de l’État et de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans le scandale causé par ce produit, commercialisé jusqu’en 2017 par la société Bayer.

Entre 175 000 et 200 000 femmes sont ou ont été porteuses de ce petit ressort implanté dans les trompes de Fallope. Nombre d’entre elles ont témoigné, suite à l’opération, d'une multitude de

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Précédemment dans l'Oeil

Universités : les Stéphanois coulent l’Idex Lyon-Saint-Etienne

Suite à un vote négatif de l’université de Saint-Etienne, le gouvernement interrompt le projet de création d’une méga-université de Lyon.

4800 euros d’indemnités indues à un ancien adjoint : à Brignais, la mairie était prête à faire cadeau du trop-perçu

Dans cette commune à l'ouest de Lyon, Jean-Louis Imbert, adjoint aux Finances jusqu'en juin dernier et, par ailleurs, ex-président de la communauté de communes de la Vallée du Garon, se fait prier pour rembourser des indemnités qu'il n'aurait jamais dû percevoir.