Capture d'écran de la page Facebook de "Laissez-les servir".

Colos du maire de Rillieux : les révélations de Mediacités s’invitent au conseil régional… d’Île-de-France

« Un torrent de désinformation ! » : Patrick Karam, vice-président du conseil régional d’Île-de-France, a peu apprécié la lecture de Mediacités... Lors d’une commission permanente, mercredi 18 novembre dernier, le lieutenant de Valérie Pécresse, la présidente LR de la région francilienne, s’est livré à une attaque en règle de notre journal. Dans son collimateur : la publication, le 10 novembre, de notre enquête sur les colonies de vacances paramilitaires où la municipalité de Rillieux-la-Pape envoie les jeunes qu’elle considère « délinquants » [relire « Levée du drapeau, treillis militaire et prêtre en soutane : les drôles de colonies du maire de Rillieux-la-Pape »].

Il faut dire que notre article tombait mal pour l’exécutif d’Île-de-France qui avait prévu, lors de cette commission, de faire voter une subvention de 45 000 euros à « Laissez-les servir », l’association, domiciliée en Seine-Saint-Denis, qui organise les camps d’été épinglés par Mediacités. Nous révélions, entre autres, les liens qu’elle entretient avec les milieux catholiques traditionnalistes et masculinistes. Les quatre groupes d'opposition de gauche se sont saisis de nos informations pour demander, l'un après l'autre, la suppression de cette subvention au nom de la laïcité et de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’État [à voir dans la vidéo ci-dessous à partir de la huitième minute].

 

30 000 euros de la fondation Vinci

« Il ne faut pas confondre prosélytisme et découverte du fait religieux », leur a répondu Valérie Pécresse. La nuance est pour le moins subtile dans le cas des colonies encadrées par le capitaine Nourouddine Abdoulhoussen, un ancien parachutiste en rupture avec l’armée. Aux révélations de notre premier article, on peut ajouter une dernière découverte. « Laissez-les servir » a bénéficié d’une enveloppe de 30 000 euros, sur deux ans, de la part de la fondation Vinci par l’entremise d’un certain Arnauld de Genouillac. Au sein d’une paroisse versaillaise, ce salarié d’une filiale du groupe de BTP fait la réclame des stages catholiques de re-masculinisation « Au cœur des hommes », dont il était déjà question dans notre enquête.    

Contacté par Mediacités, Patrick Karam nie tout prosélytisme catholique de la part de l’association « Laissez-les servir ». Elle participe également à des ruptures du jeûne du ramadan et elle a distribué 21 500 repas halal pendant la crise du Covid-19 au printemps dernier, argue l’élu. « Ce n'est pas parce qu'elle est financée par "Au cœur des hommes" [sic], qu'elle est forcément contaminée par ce financement », ajoute le vice-président.

Sans craindre la contradiction, pendant cette même commission permanente, Valérie Pécresse a remis en avant sa charte régionale de la laïcité, votée en 2017. Celle-ci prévoit que les bénéficiaires des subventions de la collectivité respectent « les valeurs de la République et le principe de laïcité ». Pour « Laissez-les servir », il y a - au minimum - débat…

Elsa Sabado

https://www.mediacites.fr/enquete/lyon/2020/11/10/levee-du-drapeau-treillis-militaire-et-pretre-en-soutane-les-droles-de-colonies-du-maire-de-rillieux-la-pape/

Précédemment dans l'Oeil

Dans la dernière ligne droite des régionales, Laurent Wauquiez active son armée de maires

Des confins de la Haute-Loire à Caluire-et-Cuire, plusieurs premiers édiles ont distribué à leurs administrés une lettre, qui se présente comme un courrier officiel, pour soutenir le candidat LR.

Régie publique de l’eau : les salariés de Veolia mettent la pression sur la Métropole de Lyon

Dans un an et demi, le Grand Lyon gérera, via une régie publique, l'eau potable de son territoire, en lieu et place de l'actuel délégataire Veolia. Ce vendredi, les salariés de la filiale du groupe seront en grève pour demander des garanties à la Métropole sur la transposition de leurs acquis sociaux dans la future entité.