Photo d'illustration. Crédit : www.quotecatalog.com

Chez Amazon Saint-Priest, sale temps pour les revendications syndicales

L’affaire lève un coin du voile sur les pratiques d’Amazon en France. Lundi 17 janvier, une audience de conciliation se tiendra au conseil des prud’hommes de Lyon pour tenter de trouver un accord entre le géant du numérique et Jérôme Paglia. Cet ouvrier, consacré meilleur salarié d’Amazon France en 2020 et viré brutalement l'année d'après, conteste son licenciement et demande sa réintégration dans l’entreprise. L’homme est soutenu par le syndicat Sud commerces et services, qui a appelé à un rassemblement devant le conseil de prud'hommes le jour de l’audience.

Pendant des mois, Jérôme Paglia, agent de tri dans l’entrepôt Amazon de Saint-Priest depuis 2018, a collectionné les éloges de ses supérieurs. Un ouvrier rapide, impliqué dans son travail, capable de traiter jusqu’à 800 colis par heure là où la plupart de ses collègues plafonnent à 350, raconte Libération, qui est revenu sur ce dossier en décembre dernier.
« Stakhanovisme » et liberté d'expression
Mais en mai 2021, patatras. L’agent modèle est soudainement licencié pour « cause réelle et sérieuse ». Il se retrouve au chômage. Son crime, aux yeux de ses employeurs : quatre messages publiés sur la messagerie interne de l’entreprise, dans lesquels il déplore le manque d’écoute de la responsable des ressources humaines et dénonce un rythme de travail éreintant, n’hésitant pas à demander où sont passées « les heures de sommeil en plus », promises par la direction. Cette dernière considère ces propos « calomnieux, insultants . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois

Mathieu Périsse
Mathieu Périsse collabore avec Mediacités Lyon depuis juin 2017, convaincu de la nécessité d’une information locale indépendante et percutante. Lyonnais de naissance, il a d’abord travaillé pour la radio (Radio France, RTS), notamment lors de reportages longs-formats à l’étranger (Afghanistan, Biélorussie, Chypre, Burkina Faso…). Membre du collectif de journalistes We Report, il écrit régulièrement pour Mediapart, journal pour lequel il a enquêté pendant un an sur la pédophilie dans l’Eglise catholique (également en lien avec Cash Investigation).

Précédemment dans l'Oeil

Marché public truqué du Puy-en-Velay : le maire en garde à vue

Michel Chapuis a été mis en garde à vue, ce 22 juin, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour favoritisme et corruption sur la concession des halles alimentaires de la ville. Une affaire révélée en mars dernier par Mediacités.

Tramways, lanceurs d’alerte, énergie solaire et « chèque-vacances »… au menu du prochain conseil métropolitain du Grand Lyon

Mediacités publie les 122 projets de délibération qui seront soumis au vote des élus de la Métropole de Lyon le 27 juin prochain.