« Torture » et « actes de barbarie » : le président d’Interpol visé par une enquête du parquet antiterroriste

2022-03-Interpol-Al-Raisi-EmiratsArabesUnis
Le général Al-Raisi, lors de son élection à la présidence d’Interpol. Photo : Interpol.

Publié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Nicolas Barriquand

Élu en novembre dernier, Ahmed Nasser Al-Raisi est accusé d’être responsable de faits de torture dans son pays. En 2020, Mediacités avait révélé des témoignages accablants pour ce général des Emirats arabes unis, alors candidat à la tête de l’agence mondiale de police basée à Lyon.

Les ennuis se précisent pour Ahmed Nasser Al-Raisi. Président depuis novembre dernier d’Interpol, l’agence mondiale de police basée à Lyon, ce général des Émirats arabes unis fait l’objet d’une enquête préliminaire pour « torture » et « actes de barbarie » ouverte par le parquet antiterroriste, selon les informations de l’AFP. En janvier, l’ONG Gulf center for human rights (GCHR) avait déposé plainte

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment