Au sein du centre d'accueil Citad'elles à Nantes. / Photo : Thibault Dumas

Citad’elles, Johanna Rolland et l’absence de soutien de Marlène Schiappa

La petite polémique continue sur le financement de Citad’elles. Ce centre public d’accueil de « toutes les femmes victimes de violences » est ouvert 24/24 heures depuis la fin novembre 2019. Entre 50 et 60 femmes s’y rendent chaque semaine. « La Ville de Nantes y a mis deux millions d’euros d’investissement, deux millions d’euros chaque année de fonctionnement. Pas un centime d’euro du gouvernement », s’est plainte la maire socialiste Johanna Rolland auprès du Premier ministre Jean Castex, en direct sur France 2, le 24 septembre dernier dans l’émission "Vous avez la parole" (à partir de 1h51 dans la vidéo).

Filmée dans le public, Marlène Schiappa n’a pu retenir un rictus. La ministre déléguée à la citoyenneté rétorquant ensuite dans les colonnes de Ouest-France : « Contrairement à ce qu’a dit Johanna Rolland, l’État est bien partie prenante dans le projet Citad’elles ». Via la mise à disposition d’un psychiatre du CHU de Nantes à hauteur de 1,2 d’un équivalent temps plein (85 000 euros financés par l’ARS Pays de la Loire). Une contribution étatique indirecte évaluée en tout à « une centaine de milliers d’euros annuellement » par Marlène Schiappa (la Gendarmerie et la Police nationale y effectuent aussi des demi-journées de recueillement des plaintes).

« Si vous aviez besoin d’argent Madame la Maire, ce qui est un besoin légitime, vous pouviez aussi solliciter la Région Pays de la Loire. Je vous l’ai même proposé dans cette assemblée et vous ne nous avez jamais sollicités », renchérit la cheffe de file de l’opposition de droite, Laurence Garnier, lors du dernier conseil municipal du 9 octobre (à partir de 4h08 sur la vidéo). « Vous me dîtes combien la Région est prête à mettre et quand » lui a répondu Johanna Rolland, répétant que « ce projet n’a pas touché un centime du ministère de Marlène Schiappa, alors que ce sujet a été posé comme grande cause du quinquennat ».

190902 - courrier M Schiappa - Centre post-traumatique Nantes

Dans les faits, la maire de Nantes avait sollicité la ministre à quatre reprises (deux courriers en 2018 et deux autres en 2019), pour obtenir un financement, dont le dernier que nous publions l'intégralité ci-dessus. « Sans jamais obtenir de réponse », affirme le cabinet de la maire. Marlène Schiappa, n’avait également « pas répondu » à l’invitation émise par la direction de Citad’elles pour son inauguration, comme nous le relations il y a un an, privilégiant la mise en avant d’un projet de bureau plus modeste, porté par un député LREM, à Tours.

En direct sur France 2, Jean Castex avait accepté lui de venir visiter Citad’elles. Quand ? « Nous allons lui laisser un peu temps pour s’organiser », répond Johanna Rolland à Mediacités.

Thibault Dumas

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Maire, présidente de Métropole et directrice de campagne présidentielle : un cumul inédit pour Johanna Rolland

Mediacités est allé fouiller dans les archives : si la maire (PS) de Nantes est officiellement désignée directrice de campagne d'Anne Hidalgo, ce sera une première. Jamais le maire d'une des dix plus grandes villes de France n'a orchestré l'un de ces grands barnums présidentiels. Et on comprend pourquoi.

Les commissions d’éthique installées, bientôt un déontologue pour la ville et la métropole de Nantes

Plus d'un an après le début du mandat, les commissions d'éthique et de transparence promises par Johanna Rolland lors de la campagne municipale ont enfin tenu leurs premières séances.