Étal de livres dans une librairie nantaise. / © Photo : Thibault Dumas

Amazon et petits commerces : le double discours de Christelle Morançais

«Je me battrai pour vous, je ne vous laisserai pas tomber ». Vendredi 6 novembre, la présidente (LR) de la Région Pays de la Loire, Christelle Morançais, organisait une visioconférence en direct depuis la librairie Bulle du Mans, dont le patron est à la pointe de la mobilisation des libraires indépendantes pendant ce deuxième confinement. « Il faut créer les conditions d'une réouverture la plus rapide possible. Mais bien sûr dans le strict respect des protocoles sanitaires », soutient alors l’élue LR.

Profitant de l’occasion, elle annonce à la vingtaine de libraires connectés, plus Vincent Monadé, président du Centre national du livre (CNL), le lancement d’un vaste plan d’aide « pour la survie de leur modèle soumis à la concurrence des plateformes de vente en ligne ». Un fonds de soutien aux libraires indépendants doit notamment être créé en lien avec le CNL et la DRAC. Il devrait être doté de 300 000 euros par le conseil régional.    

Défendre les petites librairies et... l'implantation d'Amazon

Un combat politique que Christelle Morançais étend à tous les commerces de proximité. Le même jour, elle adressait aussi une lettre au Premier ministre Jean Castex, cosignée par 16 présidents d’associations de commerçants ou d’organisations patronales. Y est dénoncé « l'inégalité de traitement qu'ils subissent au profit de la grande distribution et, dans une proportion plus massive encore, des plateformes type Amazon ». Le texte propose alors « que les préfets de département [...] puissent autoriser localement l'ouverture de commerces dits "non-essentiels" lorsque la situation sanitaire le permet ».

Problème : la majorité régionale de droite et de centre-droit, que préside Christelle Morançais et qu’elle mènera – en toute logique - lors des élections de 2021, est aussi un soutien constant et bruyant à l’implantation d’Amazon sur le territoire. Contrairement à la gauche, dont les représentants figuraient en masse parmi les signataires de la tribune « Pas d'Amazon dans ma zone » publiée il y a quelques jours.         

Plateforme géante à Montbert

À Montbert, au sud-ouest Nantes, le géant étasunien veut en effet construire sa huitième plateforme géante en France. 185 000 mètres carrés sur quatre niveaux, avec 2 000 à 2 500 emplois à la clef. Ce que défend avec ardeur Johann Boblin, conseiller régional, vice-président de la commission transports, mobilité, infrastructures et président LR de la Communauté de communes de Grand Lieu. « Je rappelle que si les petits commerces ferment dans les grandes villes, c’est parce que les écologistes et les socialistes ont dévitalisé les centres, interdit la voiture et laissé l’insécurité s’installer ! », expliquait ainsi ce soutien de Bruno Retailleau et Christelle Morançais lors de la dernière session du conseil régional, sous les applaudissements nourris de ses collègues de la majorité.

Interrogé sur le positionnement personnel de la présidente de la région des Pays de la Loire vis à vis de l’implantation d’Amazon, le service communication de la collectivité nous a fait parvenir cette réaction de la présidente de la Région Pays de la Loire : « S’indigner et signer des pétitions de principe : voilà ce que propose la gauche contre Amazon. Dérisoire ! Et que fait-elle des millions de consommateurs qui ont fait des plateformes ce qu’elles sont aujourd’hui ? Nous travaillons avec les libraires indépendants pour les soutenir dans l’épreuve du confinement et les aider à prendre le virage de la digitalisation - même si rien ne remplacera jamais le conseil d’un libraire ! La politique, c’est l’action, pas la posture. » Une citation qui ne dit malheureusement rien du paradoxe soulevé par cet article. À noter que son homologue Les Républicains Laurent Wauquiez a annoncé, début novembre, la création d’un... "Amazon 100% Auvergne-Rhône-Alpes".

Mise à jour du 12 novembre 2020 à 10h05 : ajout de la réaction de Christelle Morançais dans le dernier paragraphe.

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

Auran, Samoa… À Nantes, les anciens lieutenants de Jean-Marc Ayrault sur le départ

Selon les informations de Mediacités, Benoist Pavageau quittera bientôt la direction générale de l’Agence d’urbanisme nantaise et Jean-Luc Charles celle de la société d’économie mixte chargée de piloter l’aménagement de l’île de Nantes. Avec le retrait de ces anciens proches de Jean-Marc Ayrault, Nantes achève de basculer dans l’ère Rolland.

20 millions d’euros pour les nouveaux trams : le petit cadeau de l’État qui satisfait Nantes Métropole

Comme 96 autres collectivités, la métropole nantaise bénéficiera de subventions de l’État pour la création de ses trois nouvelles lignes de tram. Mais moins que d’autres.