Soupçonné de malversations financières, un ancien « dir cab’ » vendéen recasé en Loire-Atlantique

Place_Napoléon_de_La_Roche-sur-Yon_depuis_l’église
La place Napoléon de La Roche-sur-Yon. / Photo : Creative Commons – William Chevillon

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Par Antony Torzec

Alors que la justice enquête sur le détournement de 30 000 euros de fonds publics à la mairie de la Roche-sur-Yon, en Vendée, le fonctionnaire territorial soupçonné a été recruté par la mairie de Petit-Mars, en Loire-Atlantique.

Le principe de précaution ne s’applique apparemment pas toujours aux cadres de la fonction publique indélicats. Cette affaire en témoigne. Son premier épisode remonte au mois de juillet dernier. Le maire de la Roche-sur-Yon, en Vendée, porte plainte contre son ancien directeur de cabinet. Le motif ? Utilisation inappropriée d’une carte bancaire municipale : 30 000 euros auraient été dépensés par le cadre de la mairie à des fins personnelles, entre novembre 2019 et juin 2020.

Le maire, Luc Bouard, aurait été alerté des agissements de son plus proche collaborateur, militant UDI, peu avant le départ de celui-ci vers la mairie des Sables d’Olonne, où il devait occuper là aussi un poste de directeur de cabinet. Une enquête judiciaire est alors ouverte par la procureure de la Roche-sur-Yon. Deux mois plus tard, l’affaire éclate dans les colonnes de Ouest-France. Le lendemain, le maire des Sables d’Olonne, Yannick Moreau, nouvel employeur du fonctionnaire, annonce qu’il le décharge de ses fonctions. Ce dernier est prié de trouver une nouvelle collectivité.
30 000 euros détournés
Le second épisode est raconté par nos confrères du Sans-culotte 85 le 9 juin dernier. Le canard vendéen révèle que l’ex directeur de cabinet de la Roche-sur-Yon et des Sables d’Olonne fait l’objet d’une autre plainte que la première. Elle émane cette fois-ci d’une association proche de la municipalité de la Roche-sur-Yon, « Les amis de Napoléon-Vendée », dont le fonctionnaire était tr . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment