Le logo de la Région Pays de la Loire passe au « bleu Morançais »

Le changement n’a pas échappé à l’œil attentif des lecteurs de Mediacités, qui nous ont demandé des explications. Depuis le 22 septembre la Région Pays de la Loire, a supprimé les trois couleurs de son logo d’origine sur ses comptes sociaux (Facebook, Instagram, Twitter et Youtube) comme c’est le cas sur l’entête de ses communiqués, depuis quelques mois déjà, mais pas (encore ?) sur son site internet. Adieu le camaïeu de bleu, de vert et de mauve donc. Et bonjour à un unique bleu électrique.

L’info pourrait être rangée dans la rubrique « les goûts et les couleurs » si ce fameux bleu n’était pas exactement le même que celui décliné sur les programmes, affiches et autres tracts de la présidente (LR) du conseil régional, tout au long de sa campagne victorieuse au printemps et à l’été 2021. En l’occurrence, et pour les spécialistes, la référence #005aff. Que l’on pourrait désormais rebaptiser « bleu Morançais » et classer aux côtés de l'indigo, du marine, du cobalt, de celui de Prusse ou de la ligne des Vosges parmi les 50 nuances de bleu.

"Bleu Morançais"

Blague à part, voilà qui verse un peu dans la personnalisation du pouvoir. D'autant plus que - ironie de l'histoire - ce changement contrevient aux propres règles d’utilisation du logotype édictées par la Région : « ne jamais inventer de nouvelles versions quadri ou monochromes », est-il écrit noir sur blanc.

Mais qui donc a pris cette décision de communication (politique) ? « Ça été travaillé par le service communication de la Région pour uniformiser les couleurs utilisées, sans que nous le demandions spécifiquement, se dédouane-t-on du côté du cabinet de Christelle Morançais, Sur beaucoup de supports et depuis plusieurs années, nous utilisons du bleu sur fond blanc ou inversement. Un changement du logo en tant que tel n’est pas à l’ordre du jour ». « C’est un bleu assez électrique, c’est vrai », reconnaît-on simplement. Les élus de la commission permanente du conseil régional, qui s’est réunie pour la première fois du mandat le 23 septembre dernier, n’en n’ont pas discuté.

« Territoires de l'intérieur »

Le choix de l’actuel logo de la Région Pays de la Loire avait été entériné le 2 octobre 2006, en commission permanente cette fois. Une idée du président d’alors, le socialiste Jacques Auxiette. Moyennant 110 000 euros un duo d’agences de communication, le géant TBWA (Paris) et Nouvelle Vague (Nantes et Paris) l’avait alors créé avec le sous-titrage suivant : « Les courbes verticales évoquent l’estuaire et l’ouverture sur l’océan (en bleu) et les territoires de l’intérieur (en vert) irrigués par la Loire et ses affluents. Le nom de la Région s’inscrit naturellement dans l’axe horizontal de la Loire. En lecture de gauche à droite, le logo traduit un mouvement vers l’avant. Il évoque une focale, symbolisant à la fois la diffusion et la concentration des énergies : deux modes d’action propres à la Région des Pays de la Loire. »

Nous n’avons pas eu droit cette fois à une telle exégèse pour expliquer le choix de ce nouveau bleu. Seule certitude le vert (celui des « territoires de l’intérieur », donc) a disparu. De là à y voir un message politique…

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.

Précédemment dans l'Oeil

A Treillières, l’équipe Royer tente un contre-feu dans les boîtes aux lettres

Alors que la ville vient de perdre son 26e agent depuis le début de l'année avec la démission de la directrice générale des services, la majorité municipale tente de se dédouaner des affaires et du malaise social qui règne à la mairie. Dans un tract, elle hurle à l'acharnement médiatique et au complot...

Petite victoire pour Françoise Nicolas, la lanceuse d’alerte nantaise en guerre contre le Quai d’Orsay

Dans la guérilla judiciaire qu'elle mène contre le ministère des Affaires étrangères, l'ancienne diplomate obtient une décision favorable du tribunal administratif de Nantes. Victime de violence puis renvoyée en France après avoir dénoncé des détournements de fonds auprès de sa hiérarchie au Bénin, la lanceuse d'alerte poursuit son combat.