La dissolution de Nantes Révoltée fait du surplace

NR Haddock
Le capitaine Haddock, en tête d’une manifestation nantaise, en 2017. / Photo: DR

Publié le

Modifié le
Temps de lecture : 3 minutes

Par Thibault Dumas

Fin janvier, quatre jours après des dégradations en marge d’une manifestation, Gérald Darmanin annonçait la dissolution de Nantes Révoltée. Un mois après cette déclaration tonitruante, ses avocats n’ont toujours « rien reçu » du ministère de l’Intérieur, qui affirme de son côté que « la procédure suit son cours ».

Ça devait aller vite et on allait voir ce que l’on allait voir ! Le 25 janvier dernier, à l’Assemblée Nationale, Gérald Darmanin annonçait la dissolution prochaine de Nantes Révoltée. Répondant à une question posée par la députée LREM Valérie Oppelt, suite à des dégradations lors d’une manifestation organisée quatre jours plus tôt dans le centre-ville de Nantes, le ministre de l’Intérieur expliquait avoir « décidé d’engager le contradictoire qui permettrait la dissolution de ce groupement de fait ».

Un mois plus tard, rien… La déclaration reste toujours lettre morte et sent de plus en plus le coup de com’ politique. Mercredi après mercredi, on guette l’inscription à l’ordre du jour du conseil des ministres d’un décret de dissolution administrative sur la base de l'article L212-1 du Code de la sécurité intérieure, mais rien… Et, si elle finit par arriver, ce ne devrait pas être pour tout de suite. Comme il le confirme à Mediacités, Maître Raphaël Kempf, l’un des avocats de Nantes Révoltée n’a pour l’instant toujours « rien reçu du ministère de l’Intérieur et [ses] clients non plus ».  . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment