Un policier nantais jugé pour avoir matraqué sans raison le “black block le plus voyant de Nantes”

Un policier nantais jugé pour avoir matraqué sans raison le “Black Block le plus voyant de Nantes”

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Favorite

Par Guillaume Frouin (PressPepper)

Un policier du commissariat central de police de Nantes a été jugé ce mardi 23 janvier 2024 pour avoir frappé un manifestant à la tête avec sa matraque en marge d’une manifestation contre la loi Travail en 2016. Le plaignant a mis huit ans à faire aboutir cette procédure ralentie par l’inertie de la hiérarchie policière, l’opposition des syndicats de policiers et la “lâcheté terrible” du procureur de la République de l’époque.

C’est un véritable parcours du combattant qui a été retracé ce mardi 23 janvier au tribunal correctionnel de Nantes. Celui de Maxime D., victime de violence de la part d’un policier, lors des manifestations de 2016 contre la loi Travail portée alors par le gouvernement PS de Manuel Valls.

Ce 24 mars 2016, ce manifestant nantais vêtu d’un sweat rouge reçoit, sans raison, plusieurs violents coups de matraque de la part d’un officier de police judiciaire (OPJ) du commissariat central de Nantes. Bilan : sept points de suture. L’auteur des faits, Christophe F. était en poste à l’époque à la Compagnie départementale d’intervention (CDI 44). Il travaillait ce jour‐là sur une opération de « maintien de l’ordre » boulevard de l’Amiral‐Courbet, l’axe qui surplombe le commissariat central de police de Nantes.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement