Bientôt six listes en lice à Cugnaux ?

À gauche, deux listes ont été présentées aux électeurs Cugnalais. « Cugnaux, unissons nos talents », qui compte beaucoup de candidats issus de la société civile, est portée par Isabelle Rolland, conseillère départementale et infirmière de bloc opératoire. Elle a obtenu le soutien du PS et du PC et compte comme colistiers Jean-Louis Dupin, membre du bureau fédéral du PS de Haute-Garonne, ainsi que Martine Croquette, conseillère municipale PCF de Toulouse et conseillère métropolitaine, précédemment adjointe au maire de Pierre Cohen en charge du Logement.

La deuxième liste, « Cap Citoyen », est emmenée par Albert Sanchez. Ancien membre de l’opposition durant le mandat de Philippe Guérin de 2008 à 2014, il est aujourd'hui adhérent à Générations.s et aujourd'hui directeur des travaux d’un établissement d’enseignement supérieur. Membre actif d’Archipel Citoyen, il a le soutien d'EELV, Génération.s, Place Publique, Nouvelle Donne et La France Insoumise.

Après l'abandon d'Alain Chaléon, c'est son adjointe au Sport qui reprendre le flambeau de la majorité. Marie-Hélène Roure (non encartée), 60 ans, enseignante à l'école primaire de Cugnaux, était membre de l'opposition avec Aujoulat dans le mandat précédent. Sur les 27 conseillers municipaux de l'actuelle majorité, une vingtaine d'élus, dont Aurélien Andreu-Seigne (Agir) et Michel Aujoulat (LR), intègrent sa liste qui recherche le soutien de LR et de LREM.

Trois autres listes sont en préparation. « Cugnaux, un regard neuf » est initiée par Marie-Laure Burtin, ex adjointe à l'éducation d'Alain Chaléon, qui a démissionné en 2018.  en désaccord avec la gouvernance du maire. Selon nos informations, l'ancien maire PRG Philippe Guérin chercherait à intégrer cette équipe.

A l'extrême-droite, Yoann Cabasse constitue une liste pour le Rassemblement National. De l'autre côté de l'échiquier politique, Lutte Ouvrière devrait prochainement s’engager dans la campagne électorale, sous la houlette de Claude Cauchois.

Frédéric Dessort

Précédemment dans l'Oeil

Avec l’affaire du « Picasso des églises », le nouvel archevêque de Toulouse Guy de Kerimel au cœur de la controverse

Guy de Kerimel était au courant des témoignages contre l'abbé Louis Ribes depuis 2016, mais n'a enclenché aucune enquête sérieuse sur ces accusations d'agressions sexuelles.

La cour d’appel de Toulouse manque toujours de personnel

Pour le premier président et le procureur général de la cour d'appel de Toulouse, les effectifs de magistrats et de fonctionnaires ne sont pas à la hauteur des besoins.