Bientôt six listes en lice à Cugnaux ?

À gauche, deux listes ont été présentées aux électeurs Cugnalais. « Cugnaux, unissons nos talents », qui compte beaucoup de candidats issus de la société civile, est portée par Isabelle Rolland, conseillère départementale et infirmière de bloc opératoire. Elle a obtenu le soutien du PS et du PC et compte comme colistiers Jean-Louis Dupin, membre du bureau fédéral du PS de Haute-Garonne, ainsi que Martine Croquette, conseillère municipale PCF de Toulouse et conseillère métropolitaine, précédemment adjointe au maire de Pierre Cohen en charge du Logement.

La deuxième liste, « Cap Citoyen », est emmenée par Albert Sanchez. Ancien membre de l’opposition durant le mandat de Philippe Guérin de 2008 à 2014, il est aujourd'hui adhérent à Générations.s et aujourd'hui directeur des travaux d’un établissement d’enseignement supérieur. Membre actif d’Archipel Citoyen, il a le soutien d'EELV, Génération.s, Place Publique, Nouvelle Donne et La France Insoumise.

Après l'abandon d'Alain Chaléon, c'est son adjointe au Sport qui reprendre le flambeau de la majorité. Marie-Hélène Roure (non encartée), 60 ans, enseignante à l'école primaire de Cugnaux, était membre de l'opposition avec Aujoulat dans le mandat précédent. Sur les 27 conseillers municipaux de l'actuelle majorité, une vingtaine d'élus, dont Aurélien Andreu-Seigne (Agir) et Michel Aujoulat (LR), intègrent sa liste qui recherche le soutien de LR et de LREM.

Trois autres listes sont en préparation. « Cugnaux, un regard neuf » est initiée par Marie-Laure Burtin, ex adjointe à l'éducation d'Alain Chaléon, qui a démissionné en 2018.  en désaccord avec la gouvernance du maire. Selon . . .

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !


Précédemment dans l'Oeil

Les dix plus gros salaires de Toulouse Métropole en hausse de 6 %

Ces rémunérations ont augmenté de près de 500 euros brut par mois entre 2020 et 2021.

Actions en justice : la mairie de Toulouse manque à son devoir de transparence

Quand une commune est impliquée dans une procédure judiciaire, elle doit le rendre public. À Toulouse, la mairie n’a pas respecté cette obligation réglementaire dans au moins 30 cas.