Le vrai-faux départ d’Arnaud Lafon à Castanet-Tolosan

Le maire (LR) de Castanet-Tolosan a changé d'avis. Après avoir proclamé urbi et orbi qu'il ne briguerait pas de 4e mandat, le maire sortant a mis à profit les vacances scolaires pour constituer une cinquième liste-surprise. Selon nos informations, Arnaud Lafon ne sera pas lui-même candidat. Mais c'est bien lui qui est à la manœuvre derrière cette liste de dernière minute, qui doit être conduite par Véronique Maumy, son adjointe au développement économique. Une dizaine d'anciens conseillers sortants devraient rejoindre les « lafonistes » de Castanet-Tolosan. Trois d'entre eux ont déserté la liste conduite par le jeune Thomas Berger, investi par LREM, qui apparaît comme la principe victime de cet volte-face de dernière minute.

Arnaud Lafon n'a pas digéré les critiques de ce jeune professeur de philosophie à l'encontre du futur « éco-quartier » de 35 hectares prévu en lisière de la commune de Pechabou. Très contesté localement, ce nouveau projet d'urbanisme à Castanet prévoit la construction de 1.800 logements et des immeubles collectifs de 6 étages pour les 20 ans à venir. Assumant sa réputation de « maire-batisseur », Arnaud Lafon tenait visiblement à signer le contrat de concession de cette ZAC avec des aménageur privés avant de quitter la mairie. L'Agglorieuse, journal satirique de Montpellier, s'est étonné des conditions d'attribution de cette concession à Angelotti, un promoteur de Béziers. Arnaud Lafon assure qu'il n'a rien à se reprocher. Bravache, il repart donc au combat pour défendre son projet.

Le seul candidat qui soutenait politiquement le . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Avatar de Stéphane Thepot
Correspondant à Toulouse pour la presse nationale (Le Point, Le Monde, L'Express, La Croix) depuis plus de 25 ans, Stéphane a commencé sa carrière dans les radios que l'on disait "libres" et la presse agricole. Il a aussi rédigé un livre-enquête sur les paysans dans l'Aveyron (ateliers Henry Dougier) et un "anti-guide touristique" pour les néo-toulousains (Héliopoles). Diplômé de Sciences-Po Toulouse, il intervient auprès des nouvelles générations d'étudiants qui se destinent au journalisme.

Précédemment dans l'Oeil

Jean-Luc Moudenc taxe la charte d’Anticor de populisme

Lors du conseil municipal du 10 juillet, le maire de Toulouse s’en est pris à l’association de lutte contre la corruption. Des propos qui surprennent les dirigeants d’Anticor par leur virulence.

Une alliance rose et bleue contre les verts et rouges à Toulouse Métropole

Jean-Luc Moudenc a passé un pacte « de gouvernance » avec plusieurs élus socialistes et radicaux pour diriger Toulouse Métropole.